ARCHIVES
 
> Avril 2017
> Mars 2017
> Février 2017
> Janvier 2017
> Décembre 2016
> Novembre 2016
> Octobre 2016
> Septembre 2016
> Juillet 2016
> Juin 2016
> Mai 2016
> Avril 2016
> Mars 2016
> Février 2016
> Janvier 2016
> Décembre 2015
> Novembre 2015
> Octobre 2015
> Septembre 2015
> Août 2015
> Juillet 2015
> Juin 2015
> Mai 2015
> Avril 2015
> Mars 2015
> Février 2015
> Janvier 2015
> Décembre 2014
> Novembre 2014
> Octobre 2014
> Juillet 2014
> Juin 2014
> Mai 2014
> Avril 2014
> Mars 2014
> Février 2014
> Janvier 2014
> Décembre 2013
> Novembre 2013
> Octobre 2013
> Septembre 2013
> Août 2013
> Juillet 2013
> Juin 2013
> Mai 2013
> Avril 2013
> Mars 2013
> Février 2013
> Janvier 2013
> Décembre 2012
> Novembre 2012
> Septembre 2012
> Août 2012
> Juillet 2012
> Juin 2012
> Mai 2012
> Avril 2012
> Mars 2012
> Février 2012
> Janvier 2012
> Décembre 2011
> Novembre 2011
> Octobre 2011
> Septembre 2011
> Août 2011
> Juillet 2011
> Juin 2011
> Mai 2011
> Avril 2011
> Mars 2011
> Février 2011
> Janvier 2011
> Décembre 2010
> Novembre 2010
> Octobre 2010
> Septembre 2010
> Août 2010
> Juillet 2010
> Juin 2010
> Mai 2010
> Mars 2010
> Février 2010
> Janvier 2010
> Décembre 2009
> Novembre 2009
> Octobre 2009
> Septembre 2009
> Juillet 2009
> Juin 2009
> Mai 2009
> Avril 2009
> Mars 2009
> Février 2009
> Janvier 2009
> Décembre 2008
> Novembre 2008
> Octobre 2008
> Septembre 2008
> Juillet 2008
> Juin 2008
> Mai 2008
> Avril 2008
> Mars 2008
> Février 2008
> Janvier 2008
> Décembre 2007
> Novembre 2007
   
  ACCÈS LICENCIÉS
 
 
 
 
 
USOM Athlétisme
Stade Pierre Lafond
1 Rue de Büddenstedt - 14120 MONDEVILLE
Tél / Rép / Fax : 02.31.84.45.31

Accueil >Actualités   
  ACTUALITES
Meeting GDF-SUEF d'Hérouville
15 juin 2010
Meeting GDF Suez à Hérouville, mercredi (19 h à 21 h). A 34 ans, l'ex champion du monde du 100 m reste ambitieux et entend le montrer.

A Saint-Christophe-et-Nieves, Kim Collins est une icône, une route porte même son nom. Pensez donc, ce petit état des Caraïbes compte 41 800 habitants pour une superficie de 269 km2. Mais a sorti un champion du monde du 100 m. Prénom Kim, nom Collins, vainqueur des mondiaux 2003 à Paris. Certes, le temps ne fut pas canon (10'07), il n'empêche le titre est là. El l'exploit n'est pas mince quand on vient d'un pays en manque criant d'infrastructures. « Il y a une piste d'athlétisme depuis 2 ans », sourit Collins qui, pour bénéficier d'un entraînement digne de ce nom, s'est exilé en Jamaïque à 18 ans après s'être préparé sur herbe. Alors, forcément quand les jeunes de son pays, qui grâce à sa notoriété, bénéficient aujourd'hui d'installations cohérentes, mais ne se donnent pas les moyens de réussir, ça l'insupporte Kim Collins. Lui, rêverait de « m'asseoir bientôt dans mon canapé pour voir la relève courir ». A 34 ans, il court toujours, sourire aux lèvres. Certes, les grands championnats, c'est une histoire terminée pour ce Monsieur encore médaillé d'argent lors des championnats du monde en salle en 2008. Mais pas les ambitions. « Tous les ans, je suis descendu sous les 10''10. C'est encore l'objectif et je peux, si les conditions sont favorables, recourir encore sous les 10 secondes (record à 9'98) ». Collins ne doute pas de ses capacités. Le sprint conserve dit-on. Bolt est la relève Cette année, Collins a débuté avec un 10'38 à Sotteville-lès-Rouen, il y a un peu plus d'une semaine, « mais je n'avais que très peu dormi la veille ». Ce temps, il veut l'améliorer à Hérouville. « Et mon chrono dictera mes ambitions pour la saison », clame Collins. Réponse mercredi. Collins est un gentil garçon, un brin réservé, peu disert. Sans doute pour ça qu'il vénérait Frankie Fredericks, dans sa jeunesse. Le sprinter namibien avait de la gouaille. « Il parlait beaucoup et ça me faisait marrer ». Sa plus grande fierté fut de courir à ses côtés. Quand il répétait ses gammes en Jamaïque, Collins n'a pas fréquenté Usain Bolt. Trop jeune le gamin ! Et les perfs du nouveau roi du sprint, Collins les observe avec philosophie. « Bolt est numéro un, un jour un autre prendra sa place, c'est comme ça que le monde tourne. » Et les chronos qu'aligne Bolt ? « Le record du monde tombe constamment, on se demande où est la limite, qui sera le dernier, c'est remis en question à chaque fois », poursuit le Caribéen. A 34 ans, Collins est sur la fin, mais n'a pas dit son dernier mot. « Est-ce ma dernière année ? Peut-être, peut-être pas, ce qui me réjouit c'est d'avoir encore la capacité d'être à haut niveau », sourit celui dont les Mondiaux 2003 ont bouleversé le quotidien. « Ça a changé ma façon de vivre, pas moi ». David GUÉZENNEC. Ouest-France
 
 
Télécharger Acrobat Reader