ARCHIVES
 
> Avril 2017
> Mars 2017
> Février 2017
> Janvier 2017
> Décembre 2016
> Novembre 2016
> Octobre 2016
> Septembre 2016
> Juillet 2016
> Juin 2016
> Mai 2016
> Avril 2016
> Mars 2016
> Février 2016
> Janvier 2016
> Décembre 2015
> Novembre 2015
> Octobre 2015
> Septembre 2015
> Août 2015
> Juillet 2015
> Juin 2015
> Mai 2015
> Avril 2015
> Mars 2015
> Février 2015
> Janvier 2015
> Décembre 2014
> Novembre 2014
> Octobre 2014
> Juillet 2014
> Juin 2014
> Mai 2014
> Avril 2014
> Mars 2014
> Février 2014
> Janvier 2014
> Décembre 2013
> Novembre 2013
> Octobre 2013
> Septembre 2013
> Août 2013
> Juillet 2013
> Juin 2013
> Mai 2013
> Avril 2013
> Mars 2013
> Février 2013
> Janvier 2013
> Décembre 2012
> Novembre 2012
> Septembre 2012
> Août 2012
> Juillet 2012
> Juin 2012
> Mai 2012
> Avril 2012
> Mars 2012
> Février 2012
> Janvier 2012
> Décembre 2011
> Novembre 2011
> Octobre 2011
> Septembre 2011
> Août 2011
> Juillet 2011
> Juin 2011
> Mai 2011
> Avril 2011
> Mars 2011
> Février 2011
> Janvier 2011
> Décembre 2010
> Novembre 2010
> Octobre 2010
> Septembre 2010
> Août 2010
> Juillet 2010
> Juin 2010
> Mai 2010
> Mars 2010
> Février 2010
> Janvier 2010
> Décembre 2009
> Novembre 2009
> Octobre 2009
> Septembre 2009
> Juillet 2009
> Juin 2009
> Mai 2009
> Avril 2009
> Mars 2009
> Février 2009
> Janvier 2009
> Décembre 2008
> Novembre 2008
> Octobre 2008
> Septembre 2008
> Juillet 2008
> Juin 2008
> Mai 2008
> Avril 2008
> Mars 2008
> Février 2008
> Janvier 2008
> Décembre 2007
> Novembre 2007
   
  ACCÈS LICENCIÉS
 
 
 
 
 
USOM Athlétisme
Stade Pierre Lafond
1 Rue de Büddenstedt - 14120 MONDEVILLE
Tél / Rép / Fax : 02.31.84.45.31

Accueil >Actualités   
  ACTUALITES
Olivier GALON : 1er podium aux élites
24 février 2011
Olivier a su profiter de sa vitesse pour monter sur le podium des championnats de France élites à Aubière (63) sur 1500m. BRAVO !!!

Championnat de France en salle. À 29 ans, le touche-à-tout du demi-fond est monté sur le podium du 1 500 m, samedi, à Clermont. Olivier Galon ne boude pas son plaisir.

Il était le premier à s'en agacer. Jamais cette fichue boîte à trois places ne lui avait offert un pan de gloire. Les zooms, les bouquets, les vivats du public, Olivier Galon les laissait aux autres. Pas faute de tenir son rôle de prétendant, pourtant !

Il y avait bien eu cette médaille d'argent sur cross court au National de cross-country, l'an passé, mais elle ne l'avait pas comblé. « Le cross, c'est à part, traduit Olivier Galon. Aucun parcours ne se ressemble, il y en a de plus durs que d'autres, de plus tourmentés. Sur la piste, au moins, seul le chrono parle. »

« Et ça paye, enfin ! »

À Aubière, aux portes de Clermont-Ferrand, il a donc enfin parlé. En 3'48''54, Galon s'est jeté avec gourmandise sur la médaille de bronze. Le temps importe peu. « J'ai couru plus vite à Val-de-Reuil (3'45''50). Mais là, ça ne compte pas. » Galon est exaucé. À son tour, il peut enfin se hisser sur cette fameuse boîte, lever les bras et les yeux vers le plafond auvergnat.

« Je pense que c'était mon 6e championnat de France élite en salle. J'en ai disputé autant en plein air... Et ça paye enfin ! J'étais toujours placé, jamais devant. » Sans Mehdi Baala ni Yoann Kowal, les deux leaders de la spécialité, déjà qualifiés pour l'Euro de Bercy, le chemin vers le podium lui semblait « ouvert ». Olivier Galon a eu le mérite d'aller droit au but pour devenir acteur de l'emballage final.

Il mesure le travail accompli cet hiver. Son passage de la Bayard Argentan à l'EA Mondeville-Hérouville l'a redynamisé : « À Mondeville, désormais, je dispose de structures plus importantes. Je peux m'entraîner en salle, avec plusieurs entraîneurs, courir avec d'autres athlètes. Je me sens moins isolé. »

Il rend aussi hommage à Adrien Taouji, son nouvel entraîneur. « La transition s'est faite d'autant plus facilement que c'est Noureddine Bahar, mon ancien coach, qui m'a orienté vers lui. » Olivier Galon a pris du volume. « J'ai insisté sur la musculation. Physiquement, je me sens plus à l'aise. » Le corps, mais aussi la tête.

« Le mental constituait mon point faible. Avec mon coach, on a bossé là-dessus. C'est lui qui m'a persuadé que j'avais les qualités pour jouer devant. » Le nouveau Galon se révèle, à 29 ans. Entre son poste d'assistant d'éducation dans un lycée d'Argentan et son fils Timeo, l'athlète veut puiser dans ce premier podium en salle l'énergie pour aller plus loin.

« J'espère que ça va m'aider à passer un cap, analyse le néo-Mondevillais. En tout cas, j'y vois un déclic. Ça me donne envie de m'investir encore plus. Cet été, je vais tout miser sur le 1 500 m ». Mais l'hiver n'est pas tout à fait terminé. Dès dimanche, il sera demandé à Galon de clore sa saison aux championnats de France de cross, à Paray-le-Monial.

Il ne faudra pas le chercher aux avant-postes, cette fois. Olivier Galon jouera pleinement la carte de la collectivité. « Ce n'est pas encore officiel, mais logiquement, avec Mondeville-Hérouville, nous alignerons une équipe. »

 

Jean-Pascal ARIGASCI (OUEST FRANCE)

Photo Ouest France

 
 
Télécharger Acrobat Reader